Rencontre avec Willem

Cette rencontre, c’est celle d’un artiste découvert à l’occasion d’une « nuit des étoiles », un spectacle de fin d’année où la prestation du jeune artiste m’avait marquée. De par la créativité de sa musique et la qualité de sa prestation scénique alors qu’il n’était qu’au lycée. Par la suite, ce sont des liens qu’on connait bien en Martinique… Des amis d’amis, qui m’ont permis de mieux découvrir l’artiste…

Quelques années plus tard, c’est le TOM qui nous offre l’occasion de rencontrer Willem le temps d’une matinée, ce jeune martiniquais que vous avez peut-être découvert à travers ses vidéos d’humour, est également chanteur, c’est l’occasion découvrir son univers.

Willem et la musique

Il commence la musique concrètement à 12 ans. Concrètement désigne sa première chanson, sa première maquette. Mais il l’avoue, la musique est présente depuis longtemps, il évoque une famille musicophile ainsi que la musique comme un milieu qui l’a toujours fasciné.

Introduit à la création musicale par sa pratique du piano (depuis ses 8ans). Il commence donc à 12ans à se détacher des oeuvres classiques, et à s’amuser en faisant ses propres compositions, en reprenant des chansons, travaillant ses sons avec son ordinateur, son piano.

Pour ce qui est de son potentiel vocal, il nous explique que tout cela lui est spontané car il n’a jamais pris de cours. Il évoque d’ailleurs, l’option musique au lycée où il a pu se rendre compte de ses lacunes…

Dans ses inspirations, il cite Bob Marley, Rihanna, Aṣa, Yseult. Si le jeune artiste écoute également de la musique locale comme Jocelyne Beroard, Kassav, Kalash ou encore Jayahnai King qu’il admire pour les différentes cordes qu’il a son arc, celle de la composition, de la production en plus de l’interprétation, il ne cite pas pour autant ces artistes comme des inspirations directes dans son oeuvre.

Willem et sa musique

Vous le savez sûrement, entre le moment où un morceau est pensé et le moment où nous pouvons l’écouter, il y a une chaîne de procédés qui sont en principes réalisés par une équipe qui entoure l’artiste. Mais aujourd’hui, de plus en plus d’artistes prennent les commandes de leur carrière, exemple justement avec Willem.

Il nous explique qu’il fait souvent appelle à des beatmakers même si des fois il peut-être compositeur et se charge de tout le reste, de l’écriture, jusqu’à la distribution, en passant par l’enregistrement, le mixage. Le plus fort dans tout ça, c’est qu’il confirme être autodidacte pour sa musique dont le noyau reste « R’Nb Pop » et autour duquel gravitent différentes de sonorités !

Autotune comme parti pris artistique

Des genres musicaux où sont souvent utilisés un procédé appelé autotune. Un outils que beaucoup ont remarqués dans la musique de Willem. À ce sujet, l’artiste explique qu’il a eu des demandes d’enlever l’autotune. À cela il répond qu’il n’utilise pas l’autotune car il chante mal, mais pour la dimension un peu robotique que cela peut donner à la musique. Il l’affirme, en aucun car ce n’est parce qu’il n’aime pas sa voix, ou parce qu’il a envie de la cacher.

Les langues

Si vous connaissez déjà l’artiste, vous savez surement que la langue qu’il utilise le plus est l’anglais et qu’en plus de l’utiliser, il la maîtrise plus que bien… Il nous explique un peu son lien avec les langues. Il avoue avoir boudé la chanson française plus petit et écoutait ainsi beaucoup de musique américaine. C’est donc la raison pour laquelle il a commencé par chanter en « anglais ». Une langue qu’il a apprécié dès petit et dont les voyages ont encore plus développés cet amour. L’artiste affirme que :

” écrire en anglais est plus fun qu’en français, car le français est plus lourd, il est plus facile de jouer avec l’anglais.”

Pour ce qu’il en est du créole, vous avez peut-être été aussi étonné que moi de découvrir le morceau Lanmou dans son album The Wave ? Un morceau en créole ! Même si ce n’est pas son tout premier morceau en créole, c’est le premier qu’il partage. Il nous explique que c’est une langue qu’il aime beaucoup, une langue qu’il écoutait beaucoup en enregistrant The wave à travers l’album de T-Kimp Gee . Ce dernier l’a inspiré par ce qu’il réussissait à faire avec le créole.

WILLEM ET SON PUBLIC

Vous connaissez très certainement le jeune homme grâce à ses vidéos qu’il réalise, se mettant en scène avec humour, ou souvent pour interpréter des covers. Mais qu’en est-il des lives ?

Concours

Tout d’abord, il y a les concours auxquels l’artiste à eu l’occasion de se présenter les dernières années : Le Trace Music Star : il nous avoue qu’avant ce concours, il ne partageait pas sa musique. Ce concours a donc été l’occasion pour lui de la partager pour la première fois avec d’autres personnes que ses amis et sa famille. Une première occasion d’obtenir un avis extérieur sur sa musique. Une occasion d’obtenir plus de visibilité également.

Dans la série concours, Willem a également été sélectionné lors du concours Luminas, cette cérémonie qui a pour objectif de mettre en lumière les jeunes talents locaux, de les encourager à la poursuite de leur projet. Willem parle de ce concours comme ” Quelque chose de super flatteur “, car il a pu y être salué pour sa musique dans ce ” bel évènement ” qu’il avait déjà suivi avant, un évènement dont il salut la cause.

Lives

Pour ce qui est des lives, il a déjà réalisé une dizaine de scènes. ” On en fait jamais assez ” dit-il, rajoutant

« si c’était pour moi, j’en ferais tous les jours, car c’est là où ça fonctionne ou pas ».

Quant à l’humour, il dit ne pas se sentir encore légitime pour en faire…

Alors si pour l’instant l’humour et la musique sont avant tout un plaisir, ça ne « paye pas les factures, ça met du ketchup dans les spaghettis » explique-t-il. Il l’avoue, son rêve serait de vivre l’art. Le cursus de Willem se compose d’ailleurs d’une licence en art du spectacle, pour al mise en place de projets culturels et il se dirige vers une licence pro pour faire de la communication numérique.

Willem, un artiste avec beaucoup d’humour

Si vous découvrez Willem à travers cet article, vous ne savez peut-être pas encore qu’il réalise des petites vidéos pleines d’humour !

D’ailleurs, si vous voulez son avis sur la place que tient l’humour dans la société martiniquaise… Selon Willem

” L’humour à une place importante.”

Il en parle comme d’un”type d’art que le public martiniquais aime beaucoup“. Il cite notamment le grand Jean-Yves Rupert, mais également les plus jeunes qui prennent la relève. Mais également à l’humour en télé comme avec Rigobet et Dedette. Selon lui c’est vraiment « quelque chose qui est encré dans notre culture ». L’humour, il l’explique c’est spontané ! De nature taquine, il aimait embêter son entourage. Il a donc fait une vidéo, l’a posté, et à sa grande surprise… ça a fonctionné !

Willem c’est aussi un Artiste avec un grand « A », en effet, il se charge lui même de la réalisation de ses projets. Il dit même préférer être derrière la caméra que devant celle-ci. En expliquant son parcours dans le domaine, il explique avoir commencé avec la musique, au tout début avec windows movie maker et la webcam de l’ordinateur (eh ouais !). Puis il est passé de imovie à Final Cut.

Je vous invite à découvrir son court métrage The Wave, qui vous permettra de découvrir l’album de l’artiste.

DISCOGRAPHIE

Auparavant, le jeune artiste a eu l’occasion de produire des projets d’album.  Au début il prenait des instrus et écrivait ses chansons, puis il enregistrait les albums dès qu’il avait assez de morceaux. Il enregistrait par la suite les clips.

Puis il fut de plus en plus conscient de la question des droits. Mais également accorda de plus en plus d’attention à ce que raconte un album, plutôt que ça ne représente finalement qu’une compilation de morceaux.

Ça donne ainsi son album The Wave présent sur les plateformes de téléchargement et en streaming (rappelons comme nous l’avons dit au début de cette interview… le jeune artiste réalise tout lui même !).

The Wave est donc un album qu’il a mis 1 an à réaliser. Il y évoque le concept de la vague… La première partie est assez sombre et les textes sont un peu tristes, l’ambiance lourde contrairement à la deuxième partie qui est plus lumineuse, où l’on retrouve des sonorités pop, danchehall…

C’est une façon pour lui de faire passer ce message :

“il y a toujours un moyen de sortir la tête de l’eau  et c’est l’album qui nous accompagne de sous la vague à hors de la vague”

Un album à découvrir ! (vraiment !!!)

Une jolie rencontre

J’espère que cette jolie rencontre vous parle. De mon côté, c’est un artiste dont j’aime le travail et que je vous recommande. N’hésitez pas à le découvrir, en live, ou à travers son album !

La playlist de l’artiste :

  1. Glow up – Mary J Blige, Dj Khaled ft Quavo et Missy Elliott
  2. All these hoes – Queen Herbie
  3. Sensless – Stefflon Don
  4. Dweet so – Jahyanai King
  5. Kream – Iggy Azalea
  6. Pray – Sam Smith
  7. Babe – Emeli Sandé
  8. Candlelight – Zhavia Ward
  9. Property – Mr Eazi
  10. Comme à la maison – QLM

Laisser un commentaire

*

code