The Place Beyond the Mango Trees – Jour 8 #Cabanou2020

Aujourd’hui, nous continuons à découvrir ses personnalités de la culture et des médias qui ont accepté mon invitation à témoigner à propos de leur année 2020 ! Une année indéniablement spéciale… dans le bon comme le mauvais sens, mais comme vous le savez, pour Alychouette l’important, c’est de savoir inverser la polarité, activer l’effet centrifuge… Ainsi, à travers cette nouvelle, Xavier et Raphaël de Hypee témoignent de le vécu d’une expérience de cette année 2020, mais surtout en tire et partagent une leçon ! Merci à eux, bonne lecture à vous 🙂

Alychouette

Un scénario proposé par Hypee et écrit par Raphaël Thimon et Xavier Simacourbe.

Hypee c’est une société basée en Martinique et en Guadeloupe qui propose différents services pour les artistes. Une agence de relation presse musicale, assurant les créations graphiques et proposant aussi des services d’accompagnement pour le community management. Pour la partie audiovisuelle, nous écrivons et réalisons des scénarios pour des short story, des courts métrages, des clips et des webséries.

“The Place Beyond the Mango Tree”, il existe une place loin au-delà des manguiers qui symbolise un royaume. Un espace de création unique où nous aimons nous réfugier.

Parfois j’y vais seul, parfois en compagnie d’un artiste du nom de Arty. Lui est un auteur, compositeur et chanteur de talent, moi, Sima le responsable d’une agence de relation presse musicale. Nous partageons depuis plus de 10 ans des valeurs communes et nous nous respectons professionnellement.

Quand nous sommes ensemble, nos discussions sont introspectives, viscérales, elles confrontent des expériences de vie très différentes. Elles ne parlent que d’humain et de musique ; nous ne sommes pas là pour débattre des événements ou de la politique, nous sommes là pour écrire une poésie imagée, créer des personnages et leur donner une âme. Nous sommes capables de les façonner à notre image, nous les nourrissons de nos fantasmes mais nous sommes aussi capables de les détruire en un mot, en une phrase.

En cette fin d’année, nous invitons Amani à nous rejoindre sous les manguiers. Amani est une passionnée de culture et de musique. Elle en a fait son métier, d’abord à la radio comme chroniqueuse mais ensuite comme rédactrice pour la presse musicale. Nous l’avions rencontrée quelques années auparavant, lors d’un concert et nous avions apprécié sa fraîcheur et son intelligence. La dernière fois que nos routes se sont croisées, nous étions en studio à finaliser les derniers arrangements de l’album d’Arty, elle était sur le départ pour l’Hexagone.

Ses anecdotes sur la scène musicale nous font rire. Nous sommes là, assis à contempler la nature et à échanger sur les nouveaux prérequis pour percer dans ce métier.

Il faut dire qu’Arty et moi venons d’une époque où un artiste devait faire ses preuves sur tout un album. Puis, il y a eu l’époque où un seul single pouvait suffire pour se faire connaître. Plus tard seulement, un freestyle publié sur un réseau social. Mais bon, maintenant tu fais le con sur Tik Tok et ça peut suffire ! Alors que nous dégustons ensemble une liqueur de gingembre, Amani nous demande sur quel projet nous travaillons en ce moment.

C’est Arty qui prend la parole

Depuis deux ans, nous écrivons des scénarios pour la réalisation de projets audiovisuels, clips, courts-métrages, web-séries. Nous avons ajouté une corde à notre arc car nous pensons que l’avenir est dans le développement de l’audiovisuel sur notre territoire.

Amani valide et j’enchaîne en précisant que cette aventure a commencé par nécessité. Je lui explique qu’Arty avait besoin de visuels pour illustrer un triptyque musical sur le thème de l’Afrobeat.

— Arty
Nous l’avions illustré avec les images d’un film d’animation cubain. La sortie de ce vidéo clip, d’un genre nouveau, nous a ramené quelques félicitations. Cela nous a encouragé à continuer.

— Amani
Ah oui, je m’en souviens parfaitement ! J’avais beaucoup aimé le concept qui collait parfaitement au mood du morceau.

— Moi
A ce stade, nous étions des monteurs truqueurs numériques, mais il fallait bien commencer par quelque chose. Nous avons enchaîné avec une autre création, pour le titre d’une chanteuse, qui était un mélange inédit entre la trap et le bèlè. Nous avions réalisé un montage à partir de mouvements de Capoeira, ainsi qu’un traitement particulier de l’image. Et là encore, cela nous a valu des commentaires encourageants de la part d’autres réalisateurs.

— Amani
Je ne connais pas cette réalisation, mais je sens que je vais aimer ce mélange musical et cette interaction avec l’image. Avez-vous continué sur d’autres projets après celui-là ?

— Arty
Oui bien sûr ! Forts de cette expérience positive, nous avons enchaîné sur le deuxième volet de mon triptyque, en réalisant un clip qui faisait un peu référence au clip Attitude de TheLove par Lelexx. Je ne sais pas si tu vois.

— Amani
Si si, un classique.

— Arty
Nous avons mélangé un tas d’images de la Caraïbe qui représentent ses peuples, ses couleurs et tout simplement sa richesse.

— Amani
Ok je vois. Il me semble que je l’ai vu sur Facebook. C’était un patchwork de différents portraits d’hommes et de femmes.

— Moi
Exactement ! Malgré tout, ce projet est resté assez anonyme.

Nous nous abandonnons un moment silencieux pour observer… Devant nous une palette de nuances vertes, rassurante et généreuse, mélangée à l’odeur âcre des mangots qui servent de terreau… Nos esprits s’enivrent, nous restons absorbés, naturellement mystiques.

C’est Amani qui rompt le silence.

— Amani
Et après du coup, vous avez fait quoi ?

— Arty
Le fait d’avoir publié ces trois projets nous a permis de proposer nos services à un autre chanteur. Il avait des personnages à sa disposition, un clown, un cracheur de feu… et voulait qu’on l’aide à construire une histoire en relation avec sa chanson. Nous avons écrit l’ensemble du scénario, scène par scène comme un court métrage et nous le lui avons transmis.

— Amani
Alors là, je valide à 100% l’idée d’introduire des scénarios de qualité dans les clips vidéo ! Quand tu vois que les autres font appel à des réalisateurs reconnus pour leur clip… Pourquoi pas nous ?!

— Moi
Oui, mais le souci est qu’après l’envoi de notre scénario, nous n’avions plus de nouvelles… Quelques semaines passent et nous découvrons le teasing d’un clip vidéo du chanteur dans lequel nous reconnaissons partiellement notre scénario. Un résultat médiocre où la moitié des idées a été exploitée, aucun crédit à notre travail. Du vol pur et simple. Lamentable !

— Amani
Trop de coups tordus ! C’est pour ça que j’hésite vraiment à revenir. Autant rester à travailler à l’étranger et monter en compétence, au moins, ils savent reconnaître la valeur de mon travail !

— Arty
Je te comprends. Malgré tout, nous manquons de forces vives. C’est très difficile de monter des équipes de travail et d’arriver à boucler nos projets.
Comme dit le dicton “Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village”.

— Moi
La fuite des compétences à l’étranger est un souci majeur pour notre développement. Nous nous sentons un peu comme des blédards, démunis, sans expérience et totalement discrédités par les gens de l’extérieur mais aussi par nos gens. Et si nous avons conscience de notre potentiel et celui de notre pays, ceux qui les exploitent viennent quasiment tous de l’extérieur en donneurs de leçon.

— Amani
Vous avez fait comment pour rebondir ?

— Arty
Une rencontre avec un artiste. Lors de la création du premier clip scénarisé, nous avons exploré quatre voies totalement différentes. Un premier montage basé sur “Bessie” un film de Dee Rees avec Queen Latifah, un deuxième en stop motion à partir de plans de dessins, un troisième avec un scénario basé sur le film d’animation cubain et pour finir un montage basé sur un film coréen type Bonnie & Clyde.

— Amani
Ah ouais quand même ! Le travail de fou…

— Arty
Lors d’un rendez-vous avec un artiste, nous avons montré le montage en stop motion. Il a trouvé que c’était parfaitement adapté à une de ses chansons. Nous avons donc repris l’essence du projet et avons beaucoup travaillé sur l’aspect visuel du clip afin d’avoir un rendu uniforme dans les tons rouge, jaune et vert.

— Moi
Pour ma part, j’ai toujours aimé l’abstraction. Pouvoir créer des univers hors du réel, des choses purement imaginaires. En combinant tout ça au talent et à l’écriture imagée d’Arty, c’est un pur régal !

— Amani
Je crois que tu m’avais envoyé un extrait. Et j’étais étonnée par la force des couleurs et la poésie des images. Big up, les gars !

— Arty
Merci ! Parfois, les couleurs à elles seules nous donnent l’énergie créatrice.

Derrière le halo de fumée qui sort de ses lèvres, je devine qu’Arty est prêt pour une nouvelle tournée de liqueur alors qu’Amani décide de se dégourdir les jambes.
Elle s’étire, les poignets pointés vers le ciel, et comme pour se donner du courage prend une respiration profonde pour nous dire :

— Amani
Etre avec vous me manque. C’est vrai que je m’éclate dans mon métier et que j’ai beaucoup d’opportunités de travail. Je gagne bien ma vie comme jamais je n’aurais espéré. Mais franchement, tout me manque et comme on dit en Afrique, l’arbre suit sa racine.

— Arty
Tu nous manques aussi. Mais profitons d’être ensemble ! C’est cette place, loin au-delà des manguiers, qui est le ciment de notre respect commun. D’ailleurs, c’est ici qu’avec Sima, nous avons imaginé un des meilleurs scénarios.

— Amani
Ah bon, lequel ?

— Arty
Cette histoire est un peu longue. Je vais essayer de te la résumer. A cette époque-là nous étions en contact avec une chanteuse qui désirait tourner deux clips dans l’île pendant la période juillet-août. Elle préparait la sortie de son album.

Nous lui avons proposé nos services et nous nous sommes occupés de lui trouver une entreprise d’audiovisuel pour filmer le projet. Finalement, la négociation s’est terminée par la commande de trois clips, dont un pour moi.

Pour être sûrs que cette entreprise soit à la hauteur de ses exigences, nous avons décidé de la tester lors de la réalisation de mon clip. A partir d’un de nos scénarios et d’un repérage minutieux, nous avons travaillé pendant deux jours au tournage de ce clip vidéo. Nous sommes enfin dans la peau du réalisateur et nous fabriquons nos premières images.

Plus de quinze lieux de captation pour construire une balade romantique et illustrer le troisième volet de mon triptyque.

Le bilan très positif de notre collaboration nous pousse à valider la suite du deal avec la chanteuse. Le jour de son arrivée, nous nous rencontrons pour échanger sur nos idées de scénario avec elle. Il s’agissait de deux morceaux très différents, un sur le thème du soleil et l’autre sur l’histoire personnelle de l’artiste.

Le premier scénario, « Soleil » est une histoire simple dans laquelle trois copines recherchent de la fraîcheur car le soleil est écrasant. Elles partent à la mer, mais il fait encore trop chaud. Elles décident de partir à la rivière pour plus de fraîcheur, mais encore une fois, il fait trop chaud. Alors, elles reprennent la voiture direction la montagne.

Le deuxième scénario nécessite une vraie organisation. Il y a plusieurs lieux de tournage, des acteurs, une histoire, les playbacks de la chanteuse. Nous divisons les tâches. Elle s’occupe du casting, des lieux de tournage et nous du reste. Une fois le casting réuni, le tournage est programmé sur deux jours à un rythme soutenu. Une fois les images dans la boite, nous avions avec Sima l’assurance d’avoir un résultat à la hauteur de nos espérances.

— Amani
Ah oui quand même vous avez bien fait les choses.

— Moi
Nous avons essayé pour nous comme pour elle d’avoir le meilleur résultat possible malgré les difficultés et la patience qu’il faut pour gérer ce type de réalisation.

— Amani
Ce n’est pas simple en même temps de proposer des clips scénarisés, ça demande plus de travail, plus d’implication de la part des artistes. Et quand le standard dans la musique c’est des gens qui gesticulent dans des décors de rêve… L’image qu’on veut se donner prime parfois sur la qualité de son art.

— Arty
Vérité !

— AmaniEt du coup après le tournage vous avez fait l’autre scénario “Soleil” ?

— Arty
Oui, quelques jours plus tard, le casting du premier scénario s’est réuni pour une journée de tournage dans le sud, mais au bout de quelques minutes de travail, je suis écarté du projet par la chanteuse qui voudrait que je laisse faire l’entreprise audiovisuelle. Sans réelle amertume, je les accompagne pour le reste du tournage qui va durer deux jours.

— Moi
Nous assistons impuissant à la destruction de notre scénario au profit d’un clip vidéo musical sans grande originalité.

— Amani
Aïe à ce point ?

— Arty
Non, Sima exagère un peu, disons qu’ils ont fait beaucoup de plans de playback, n’ont tourné que dans deux lieux, du coup notre scénario n’a plus vraiment de sens. De toute façon à ce stade le résultat ne nous regardait plus.

— Amani
Oui après tout libre à l’artiste de choisir la meilleure façon de mettre en image sa musique.

— Moi
Pas faux.

— Amani
Mais du coup qui a réalisé le montage du premier clip ?

— Arty
Ben nous ! Nous avions déjà quelques plans séquences en tête ; nous avons commencé par passer de longues journées à dérusher les différentes scènes et trouver le meilleur équilibre entre l’histoire et les playbacks de l’artiste pour le montage.
De longues heures encore à trouver le meilleur étalonnage et le meilleur grain pour habiller ce récit très personnel de la vie de la chanteuse.

— Moi
Nous voulions que ce premier projet entièrement réalisé par nous soit une vitrine de notre savoir-faire. L’aura de la chanteuse nous aurait permis de nous faire connaître et proposer notre travail à d’autres artistes. En tout cas c’est ce qu’on s’était imaginé.

— Arty
Mais c’est normal, vous avez besoin d’une vitrine pour que les gens puissent valider votre savoir-faire. Mais du coup vous avez fait tout ça gratuitement.

— Moi
Oui ! Exactement.

— Arty
Nous voulions nous prouver avant de percevoir de l’argent, que nous étions capables de produire un travail de qualité qui justifie un paiement.

— Amani
Oui j’ai bien fait mes armes à la radio sans le moindre cent en échange.

— Moi
Nous sommes tous passés par là. Il faut parfois faire pour le faire.

— Amani
Et du coup elle a apprécié le résultat ?

— Arty
A chaque étape de livraison de notre travail, nous nous heurtons à une forme d’incompréhension de sa part et au fur et à mesure de l’avancée de notre réalisation nous comprenons que la partie scénaristique de notre clip est le problème. La chanteuse souhaite plus de visibilité, plus de playback.

— Amani
Mais pourtant elle a validé le scénario, il y a eu deux jours de tournage, donc elle savait à quoi s’attendre non ?

— Arty
Nous savions que nous allions nous heurter à cela. Mais à ce point… Finalement nous livrons une dernière version qui comprend les quelques corrections demandées par la chanteuse mais nous restons intransigeants sur l’enchaînement des scènes pour la compréhension du scénario.

— Moi
Je voudrais dire qu’à ce stade Arty a mis son clip vidéo de côté pour se mettre au service de cette chanteuse. Il y met du cœur, et je dois dire que son attitude est remarquable.

— Arty
C’est vrai, son tournage a eu lieu fin août, nous sommes à ce moment-là en octobre, nous venons de livrer le clip et nous n’aurons plus aucune nouvelle de la chanteuse.
J’essaye de mon côté de récupérer les rushs de mon clip auprès de l’entreprise audiovisuelle qui ne nous répond pas.

— Amani
Mais c’est quoi cette histoire… Comment ça l’entreprise d’audiovisuel ne vous répond pas ? Vous n’aviez pas son adresse ? Un autre moyen de le contacter ?

— Moi
Non, on a essayé de le joindre à travers les personnes qui nous l’avaient recommandé sans succès.

— Arty
Ensuite, il faudra attendre avril de l’année suivante pour découvrir un matin le nouveau clip de la chanteuse construit à partir de notre réalisation, monté par un autre et non étalonné. Dans la description aucun crédit à notre travail mais en même temps, vu la qualité de la production ce n’est pas si mal.

— Arty
J’aurais refusé de m’associer à ce désastre.

— Amani
Mais je l’ai vu ce clip, j’ai adoré la musique.

— Amani
C’est la musique justement qui nous a rendu confiant dans notre investissement de temps.Elle avait de superbes morceaux et un projet d’une excellente qualité tant au niveau de la composition que des thèmes abordés.

— Amani
Mais oui c’est une excellente chanteuse en plus. Mais qu’est ce qui s’est passé ?

— Arty
Nous n’avons pas apprécié évidemment, mais nous sommes restés muets, dans l’incompréhension. Nous ne sommes pas des hommes de conflit.

— Moi
Moi je dois avouer qu’au bout d’un mois je décide quand même à titre personnel de contacter la chanteuse pour lui demander des nouvelles et lui donner le fond de ma pensée par rapport à la sortie de son clip. Elle m’explique que finalement le scénario ne convenait pas à cette chanson, et qu’elle a décidé de faire autrement. Elle m’annonce qu’elle viendra cet été pour tourner d’autres clips avec l’entreprise que nous lui avons présenté…

— Amani
Non mais c’est un truc de fou que tu me racontes Sima. Donc la chanteuse a cassé votre travail, elle n’a même pas la politesse de vous en informer, et pire elle nie tout votre travail et votre implication. Ah non ! C’est vraiment particulier comme situation.

— Moi
A son arrivée, je lui explique que nous n’avons toujours pas récupéré les rushs de Arty. Nous sommes bloqués depuis 1 an maintenant, elle me propose de récupérer les rushs pour nous. La suite je vais la passer sous silence, mais je t’assure que nous n’avons à ce jour récupéré aucune image du tournage.

Amani et Arty se regardent.

— Amani
Non mais Arty c’est quoi cette histoire ?

— Arty
Non mais le pire c’est que l’histoire pourrait s’arrêter là, mais il y a quelques jours Sima m’appelle à 23h30, au hasard d’une navigation sur Facebook, il est tombé sur la publication d’une autre clip vidéo de la chanteuse dont une bonne partie est une copie quasi conforme à la dernière version de notre montage.

Amani nous regarde perplexe.

— Amani
Et donc cette fois elle a crédité votre travail ?

— Moi
Non

— Arty
Aucun crédit à notre travail, d’ailleurs le travail est crédité à l’entreprise d’audiovisuel que nous avions présenté à la chanteuse. Le choc !

— Amani
Non mais les gars… je ne sais même pas quoi vous dire, vous êtes passé pour des couillons ce n’est pas possible. Zéro respect !

— Moi
Et ce n’est pas fini, arrive ensuite un message sur Facebook de la chanteuse qui me demande ce que je pense de son nouveau clip… J’informe évidemment Arty et nous décidons d’adopter une posture amusée et candide.

— Arty
Oui nous aimons le clip ! Car c’est nous qui l’avons créé, imaginé, scénarisé et tourné ! C’est aussi nous qui avons consacré trois longs mois à monter, étalonner et arranger ce projet pour sortir sans modestie un vrai bijou en termes de réalisation.

— Amani
Vous devriez lui dire ça !

— Moi
J’ai bien pensé lui dire que nos principaux regrets c’est le manque de confiance et qu’elle n’a pas compris notre démarche. Que nous avons perdu un temps précieux, qu’on aurait pu consacrer à la réalisation d’autres projets.

— Amani
Mais oui que de temps perdu. Toute cette énergie réduite à néant. C’est grave quand même.
Je le vis parfois aussi dans mon métier, lorsque j’écris des articles pour des artistes qui n’ont pas la courtoisie de valider ou partager mon travail. Sans oublier ceux qui ne sont là que si je parle d’eux et le reste du temps critique mes autres travaux.

— Arty
Voilà Amani ! Tu sais tout maintenant et c’est une bonne façon pour nous d’exorciser le préjudice et la difficulté que représente l’entrepreneuriat. C’est en parlant de nos déboires que j’espère que nous grandirons.

— Amani
Parfois c’est à te dégouter de faire, d’essayer d’apporter ta pierre à l’édifice.

— Moi
Moi je ne m’en suis toujours pas remis.

— Amani
Je comprends.

Puis avec un sourire, elle nous dit :

— Amani
Bon les gars j’veux pas vous commander mais…, on se met au travail maintenant ?!

Pour commencer Amani et moi décidons d’écouter une playlist de nos meilleurs coups de cœur du moment. Arty méditatif, continue de boire son verre tranquillement, puis sort notre cahier conceptuel de scénario. A l’heure où les chants des grillons se mêlent à ceux des grenouilles, nous entamons l’écriture d’un nouveau scénario.

La nature nous apaise et nous finissons la nuit entourée par sa douceur et bercés par la guitare et le chant d’Arty…

Mot des auteurs :

Nous pourrions avoir comme conclusion qu’il ne faut pas compter sur les autres, que de toute façon c’est toujours la même chose. Que la confiance n’est pas une option.

Nous avons plutôt envie de vous rassurer et vous dire que toute l’énergie négative que nous avons ressentie, nous l’avons transportée et recyclée au-delà des manguiers. Comme l’a si bien écrit Patrick Chamoiseau dans Texaco :

« la sève du feuillage ne s’élucide qu’au secret des racines »

Patrick Chamoiseau dans Texaco

Alors, rendez-vous en 2021 pour découvrir nos magnifiques projets de court métrage.

Derrière chaque grand artiste, il y a un grand artiste

Donc en toute humilité et pour rester dans le concret, nous vous souhaitons à tous une bonne fin d’année et nous espérons que vous allez apprécier notre contribution anonyme à ce calendrier de l’avent décidément plein de surprises.

Laisser un commentaire