Mon #7jours7livres sur Twitter !

Bel bonjou ! Je vous espère en bonne forme, de bonne humeur !

7 jours 7 quoi ?

Aujourd’hui, un article qui reprend un petit défi auquel m’a nommée Jessica Pierre-Louis du site Tan Listwa sur Twitter. Il s’agissait de poster 7 couvertures de livres pendant 7 jours, en principe sans commentaires.

Consigne adaptée !

Oui en principe… Parce que comme vous vous en doutez sûrement, c’était cela le plus dur : le « sans commentaires »… Alors j’ai essayé de ne pas en dire trop mais d’en dire quand même un peu (Twitter oblige) et je vous ai aussi posté les couvertures sur instagram en vous demandant si vous connaissiez les livres, souvent ce n’était pas le cas… donc je vous propose de les découvrir ici !

Jour 1 – « Histoire de la Martinique »

Un livre « classique » grand public sur l’Histoire de la Martinique. L’un des premiers que j’ai lu et qui m’a permis de voir plus largement l’Histoire locale ! J’ai pris la couverture du tome 1, mais Armand Nicolas (personnage important de l’histoire locale, non non je n’extrapole pas) a décliné l’Histoire de l’île sur 4 tomes.

Pourquoi ce livre ?

Je l’ai choisi parce que ça été une lecture fondatrice sans laquelle je n’aurais pas compris grand chose par la suite. Pas besoin d’être historien, c’est un livre très accessible, je l’ai lu pour la première fois à 15/16 ans ! Alors pour les non-professionnels intéressés par l’histoire locale : je conseille !

Jour 2 – « Révoltes et luttes sociales en Martinique »

Révoltes et luttes sociales en Martinique

Sur instagram, vous étiez 60% à ne pas encore connaître ce livre !

« Révoltes et luttes sociales en Martinique » ceci est le titre d’un cahier cahiers du patrimoine sont de grands « livres » (format A4 je crois) qui étaient publiés à l’époque par le Conseil Régional de la Martinique, grâce au travail du Musée Régional d’Histoire et d’Ethnographie de la Martinique puis la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique) a pris le relais.

Les cahiers du patrimoines peuvent traiter de carnaval, d’eau, de bijoux, de transports et comme pour les deux dernier publié par la CTM : de musique… Enfin bref de tout ce qui constitue le patrimoine (et évidemment, ils n’existent pas qu’à l’échelle locale).

Pourquoi ce livre ?

J’ai particulièrement choisi le cahier du patrimoine n°27 datant de 2009, qui me semble être plus rare que d’autres. En effet, je le consulte à ma bibliothèque municipale mais je ne l’ai pas trouvé à l’achat ni même à la Bibliothèque Universitaire du campus de Schoelcher.

Cependant, jusqu’à maintenant c’est mon « préféré ». Il traite comme son nom l’indique des Révoltes et des luttes sociales en Martinique et à cet effet il a été une sorte de colonne vertébrale à mon exploratoion de l’histoire du 20ième siècle en Martinique.

Jour 3 – « Femmes en Martinique qu’elle histoire ? »

Sur instagram, vous étiez 87% à ne pas encore connaître ce livre !

C’est un livre réalisé par deux professeures du service éducatif des archives de Martinique : Muriel Decas-Ravoteur et Micheline Marlin-Godier. Il est à destination des professeurs pour servir d’appui pédagogique.

Pourquoi ce livre ?

C’est un livre qui synthétise bien le travail de recherche effectué sur les femmes à la Martinique. On y retrace toute l’histoire connue de la Femme à la Martinique, de la femme amérindienne au XVIIème siècle à l’époque contemporaine.

Un livre accessible à tous et qui permet de s’approprier l’histoire de femmes qui ont fait la Martinique.

Jour 4 – « Cultures urbaines dans la Caraïbe »

Vous étiez 80% à ne pas encore connaître ce livre sur instagram !

Ce livre regroupe des articles traitant des cultures urbaines de la Caraïbe sous la direction de Steve Gadet.

Pourquoi ce livre ?

Si vous connaissez déjà le blog, vous vous souvenez surement que c’est le livre avec lequel j’avais interviewé Ines Khai à Dublin. Et pour cause il traite autant de la Kako Mizik avec le réalisateur Slas que des soundsytems en Martinique avec Laurent Lafayette Lecurieux.

Et comme j’en discutais avec SPECTA dans Pari Pris (l’émission qui fait le pari d’intéresser les jeunes), il existe assez peu de sources qui analysent les cultures urbaines, mais bien qu’elles soient peu, elles sont de qualité et ce livre en fait partie !

Jour 5 – « Petit Pays »


Dès qu’on me dit « Petit pays » je pense à ce morceau de Gael Faye, un rappeur qui a pris la plume non pour rapper ses mots mais pour les partager à même la feuille.

Vous étiez 67% à ne pas encore connaître ce livre sur intagram !

Le livre Petit Pays a fait du bruit, il était très attendu, et une fois apparu, on lui a prédit beaucoup de récompenses (surotut le Goncourt). Il a finalement obtenu le prix Goncourt des lycéens ainsi que le prix du roman Fnac et puis le prix du premier Roman Français en 2016.

Depuis cela, j’étais là à baver sur l’espoir d’apprécier le livre et en même temps sur la peur de ne pas du tout apprécier la plume (vous savez plus on parle des choses, plus ça vous met l’eau à la bouche, des fois on est d’autant plus déçu) ou d’être aussi assidue que d’habitude (je commence plusieurs livres à la fois, je les mélange, des fois je les finis… et puis surtout j’ai une liste longue qui attend derrière et des manuels/livres de recherche à consulter…).

Pourquoi ce livre ?

Parce que je l’ai lu au début de l’année ! Je l’ai littéralement dévoré. C’était délicieux, j’ai trouvé la plume merveilleuse, l’histoire magnifique et affreuse à la fois.

Jour 6 – « By the rivers of Babylon »

Vous étiez 78% à ne pas encore connaître ce livre sur instagram !

« By the rivers of Babylon »

J’ai eu beaucoup de personnes qui ont supposé que je lisais ce livre en anglais au vu de son titre. Et malgré le fait que j’aurais voulu afin de lire la plume de l’auteur, non, je n’ai pas lu ce livre en anglais !

C’est quand ce livre a obtenu le prix carbet des lycéens 2017 que je m’y suis intéressée…

Pourquoi ce livre ?

J’ai choisi ce livre car il est le dernier que j’ai lu (avant de commencer mon #7jours7livres). C’est une histoire géniale et triste à la fois. À chaque chapitre, un personnage nous prend par la main et nous fait découvrir son Augustown, à travers les recoins mais aussi le temps.

On a, en plus des personnages, un narrateur omniscient qui nous raconte l’histoire, on sait donc qu’on s’en va découvrir l’autoclapse. Le narrateur, délivre le fil de l’histoire au fur et à mesure que les personnages nous entraînent par la main pour découvrir leur village et leur histoire. Alors les angles de vues s’ajoutent ! On découvre un côté et une partie de l’histoire

Cette focalisation, nous donne à la fois l’impression qu’on observe le village à l’abris des regards des personnages et nous tient en même temps en haleine lorsque l’écrit incarne ces personnages.

Jour 7 – AMMM !

On a déjà parlé de ce livre c’est un témoignage de Malik Duranty (sociologue, martiniquais, et pleins d’autres choses encore) sur son carnaval.

Pourquoi lui ?

Derrière des mots organisés si joliment, sous la plume d’un auteur qui a décidé de témoigner la confiance qu’il porte en son carnaval, ce livre c’est l’occasion d’en apprendre plus sur le carnaval et de se retrouver plongé dans ses problématiques actuelles, ce fut l’occasion pour moi d’approfondir mes connaissances sur lui et d’être confortée dans ma confiance en notre carnaval. Un livre bien illustré, abordable, didactique et poétique !

Et puis c’est bientôt le carnaval, c’est un joli livre, et comme le carnaval, il envoute…

D’ailleurs concluons ainsi !

Ça vous intéresserait qu’on continue à parler de livres ?

En ce moment, je suis en train de lire Bain de lune de Yanick Lahens. Vous connaissez ? Vous avez aimé ?

À bientôt !

Alychouette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.